a) Définition de la pénicilline

 

 1) Histoire et origine de la pénicilline

 

a)     Définition de la pénicilline

Les pénicillines sont des antibiotiques appartenant aux bêta-lactamines. À la base, la pénicilline est une toxine qui provient de la moisissure penicillium provenant du champignon Penicillium notatum et qui est inoffensive pour l'homme.

Il faut ne connaître qu’un homme dans cette première partie :

Biographie d’Alexander Fleming :

 Alexandre Fleming naquit le 6 août 1881 à Darvel en Ecosse.

 Devenu orphelin très tôt, il est élevé par son grand frère, lui-même médecin qui lui fit donner la meilleure éducation possible. Alexandre poursuivit de brillantes études à la Polytechnic school, après quoi il accepta un poste d’employé dans une compagnie de navigation.  Il y travailla pendant quatre ans, sans aimer ce travail. Ainsi, lorsqu’il reçut une partie de l’héritage de son oncle, il décida de l’employer pour faire des études de médecine.

Il s’inscrivit alors à la Saint Mary’s Hospital Medical School en octobre 1901 et  s’avéra être un étudiant remarquable, ce dont témoignent les bourses et les nombreux prix qu’il recevra durant ses études. En médecine, comme dans toute sa vie d’ailleurs, il eut des intérêts tous azimuts. C’est durant ses études qu’il intégrera le service d’inoculation d’Almroth Wright, qui l’influencera beaucoup et deviendra son maître. Il passe son examen qu’il réussit brillamment. Apres la guerre, il retourna à Saint Mary’s, reprit ses études en bactériologie et fut nommé au poste de professeur en 1928. 

 C’est à cette époque qu’il fit sa plus grande découverte (voir b). Malgré sa renommée naissante, il continua à s’occuper et ensuite de diriger le centre d’inoculation de l’hôpital Saint Mary’s, qui deviendra par la suite l’Institut Wright-Fleming.

Le Dr Fleming fut largement récompensé et reçut tous les honneurs qui lui étaient dus. Sir Alexander Fleming  mourut le 11 mars 1955 à la veille de sa retraite. Ses efforts pour l’avancement de la science et de la médecine afin d’apaiser la souffrance humaine trouvent peu d’égaux dans l’histoire.

Lycée Jean Jacques Rousseau - Mathilde et Yolaine

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×